Présentation de la commune de Maracon

Les armoiries de la commune de Maracon, en vigueur dès l’entrée en fonction de la nouvelle commune de Maracon, au 1er janvier 2003 : « Parti de gueules à la bande d’or accompagnée de deux cotices d’argent, et d’argent à deux bandes ondées de gueules, au chef d’or au lion naissant de gueules ».

Ces armoiries représentent une combinaison des armoiries des anciennes communes de la Rogivue et de Maracon, qui ont uni leur destinée au 1er janvier 2003.

Situation – liaisons

La commune de Maracon, issue de la fusion des communes de la Rogivue et de Maracon en 2003, se situe à l’extrémité est du district de Lavaux-Oron, sur un promontoire entre la Broye et la Mionne. Culminant à 883 m, elle couvre une superficie de 433 hectares, bénéficiant de l’ensoleillement allant du levant au couchant. Limitrophe au nord et à l’est avec les communes fribourgeoises de St-Martin, Semsales, Châtel-st-Denis et Remaufens, au sud et à l’ouest avec les commune vaudoises d’Ecoteaux et Bussigny-sur-Oron, Maracon est la dernière commune vaudoise sur l’axe Palézieux-Semsales. Desservie par la ligne de cars postaux et par Publicar, Maracon est proche de la gare de Palézieux de 4 km, permettant un accès aisé à la ligne Lausanne-Berne, ainsi qu’à celle de la Broye et de la Gruyère. Les accès autoroutiers par Châtel-st-Denis, Vaulruz, et Puidoux, permettent une mobilité aisée dans toutes les directions. Dominant les brumes, les habitants de Maracon jouissent d’un magnifique panorama sur les préalpes fribourgeoises, les alpes savoyardes, le Mont-Pèlerin, le Jorat et les crêtes du Jura. De nombreuses familles conquises par cette qualité de vie sont venues étoffer et rajeunir notre population, qui se monte actuellement à 460 habitants.

Les premières traces de Maracon remontent à 1236 avec le nom de Montwarascon, propriété de la seigneurie de Palézieux, puis vers 1293, sous le nom de Montracot. On retrouve le nom de Marascon vers 1588, comme faisant partie du fief d’Attalens. Les anciennes armoiries étaient d’ailleurs composées par l’appartenance aux seigneuries de Palézieux, par la tête de lion et la famille de Billens par les deux cotices d’argent. On retrouve des liens avec la famille de Billens vers 1302. Suite à la fusion des communes de La Rogivue et de Maracon au 1er janvier 2003, Les armoiries se sont enrichies des deux rivières rouges sur fond blanc que constituaient celles de la commune de la Rogivue. Ce nom de Rogivue apparaît au XIIe siècle sous le nom de Rubea aqua (eau rouge). Ce terme d’eau rouge provenant probablement des ruisseaux prenant source dans les terres tourbeuses de l’endroit.

Secteurs économiques

Le territoire de la commune de Maracon est principalement voué à l’agriculture (70 hectares) et à la forêt (68 hectares), la commune en possédant 54 hectares. L’évolution de l’activité économique, du type de population, a vu diminuer en quelques années les exploitations agricoles, avec actuellement 6 entreprises agricoles. Nous comptons une menuiserie industrielle, un bureau d’architecte, quelques artisans et artistes.

Le reste de la population travaille à l’extérieur, particulièrement en direction de l’arc lémanique. Nous avons malheureusement perdu nos activités commerciales, tels que magasin, laiterie, poste et banque.

La tourbière de la Rogivue constitue un patrimoine naturel d’intérêt national, dont le biotope et la réserve ornithologique sont connus loin à la ronde.

Infrastructures

La commune possède son réseau d’eau potable, dont les sources se situent sur le flanc du Niremont. Datant de 1913, la conduite d’amenée d’eau, ainsi qu’une partie du réseau communal ont été remis à neuf en 2010. Une partie de l’eau communale est livrée aux services industriels de la Haute-Broye. Le service de l’épuration des eaux est assuré par une STEP communale, une STEP intercommunale avec la commune voisine d’Ecoteaux , alors que le village de la Rogivue est rattaché à un réseau d’épuration régional. Le réseau routier communal compte environ dix kilomètres de routes et chemins. La commune dispose d’une administration communale, de deux salles de classe, de cinq appartements loués, d’une salle villageoise, d’un refuge forestier, d’un temple, d’un stand de tir et d’une déchetterie.

Personnel communal

L’administration communale est assurée par une secrétaire communale à 50%, y compris le contrôle des habitants, d’une boursière communale à 30% et d’un employé communal polyvalent à 100%.

Relations et collaborations intercommunales

Actuellement la commune de Maracon fait partie de l’établissement scolaire d’Oron-Palézieux, qui regroupe 12 communes. Elle accueille deux classes, couvrant le CIP 1 à 4, ce qui permet aux enfants du village de suivre leurs premières années d’école sur place. A partir de la 5ème année, les élèves suivent leur scolarité à Palézieux et Oron-la-Ville.

Elle fait partie de la paroisse d’Oron-Palézieux, regroupant les 12 communes du cercle, avec 4 temples, dont celui de Maracon.

Avec la fusion de dix communes voisines, formant, la nouvelle commune d’Oron dès le 1er janvier 2012, ainsi que la dissolution de l’Association Région Oron (ARO) au 31 décembre 2011, les relations intercommunales devront être redéfinies. En effet un certain nombre de conventions qui liaient les 12 communes du cercle d’Oron seront rediscutées à trois communes, une grande (Oron) et deux petites (Essertes et Maracon). Bien que le rapport de force sera quelque peu différent, je suis persuadé que les relations resteront ouvertes et constructives.

Le corps des sapeurs-pompiers, fusionné avec la commune d’Ecoteaux en 2003, sera également redéfini, dès que la nouvelle organisation du service de défense incendie et secours sera mise en application.

Bien qu’ayant choisi de garder l’autonomie communale, la commune de Maracon reste ouverte à toutes les collaborations nécessaires et déjà en vigueur aujourd’hui (organisation régionale de la protection civile, régionalisation de l’action sociale, conseil régional de prévention et de sécurité, structure d’accueil de la petite enfance et des jeunes). La commune de Maracon sera partenaire dans toutes les réflexions d’intérêt régional, en particulier dans les domaines de l’aménagement du territoire, de la mobilité, de la culture, de la jeunesse et des sports.

Activités, sociétés, culture

Quelques sociétés maintiennent une activité, soit de manière autonome, ou en collaboration avec d’autres communes, soit l’Amicale des anciens pompiers, l’Abbaye du Cordon Blanc, les Amis-Gyms Ecoteaux-Maracon.

Dans le cadre communal des activités ponctuelles sont organisées : après-midi-rencontres, petits déjeuners, fenêtres de l’Avent, fête nationale, Noël communal.

En conclusion

La commune de Maracon est une entité à dimension humaine, où il fait bon vivre. Le choix du maintien de l’autonomie communale ne doit pas être interprétée comme une forme d’égoïsme ou d’esprit de clocher, mais d’une vision où le citoyen n’est pas qu’un consommateur de service, mais bien un partenaire engagé et responsable.

Jean-Claude Serex
Syndic